Rechercher

Pourquoi j’ai arrêté de fabriquer des soutiens-gorges ?

Dernière mise à jour : 3 avr.


Il ne vous est jamais arrivé de faire un choix important dans votre vie et finalement d’aller dans une tout autre direction ? Le plus dur c’est quand on a tellement investi dans cette direction que faire marche arrière nous donne l’impression d’avoir perdu une partie de notre temps et nous semble contre-productif. Aujourd’hui, l’expérience m’a apprise que le plus important est d’être en accord avec ses valeurs, d’être bénéfique aux autres et le reste suivra.

Ce choix dont je vous parle, je l’ai fait quand j’étais petite. J’ai toujours été attiré par les vêtements et la mode. J’étais encore à l’école primaire que je savais déjà que ma destinée serait dans cet univers de tissu, de dentelle, de coton, de broderie et tout ce qui va avec.

C’est tout naturellement que je me suis dirigé vers des études de stylisme-modélisme au japon et une spécialisation à l’école Supdemod de Lyon en lingerie-corseterie. Grace a ça, je suis devenu styliste chez Ex lejaby et plus tard j’ai été sélectionnée par Chantel Thomass lors du concours “Talent du mode”. C’est lors de celui-ci que j’ai eu l’honneur de présenter mes collections de Lingerie « Kimono et soie lyonnaise » ou j’ai essayé de marier les charmes de la mode japonaise et française.

Au final j’ai été créatrice de Lingerie pendant plus de 13 ans et j’ai fondé ma propre marque : Maki Marie Lingerie.

Durant cette période, j'ai confectionné, en partie à la main et en partie à la machine, des milliers de soutien-gorge. C’était ma spécialité et je peux dire que j’étais plutôt doué dans ce domaine car je savais comment mettre en valeur et comment façonner les meilleurs soutien-gorge suivant la physionomie de la femme qui allait le porter.

En 2021, je me suis lancé dans la compétition organisé par le dispositif de la métropole de Lyon intitulé « Lyon Start Up »et j’ai été sélectionné. Sauf que cette fois, ce n’était pas pour de la lingerie, c’était pour un concept de vêtement anti soutien-gorge !

Un véritable art de vivre sans soutien-gorge : plus loin que le No bra, c’est le « vêtement No bra » !




Le déclic du No Bra

Si on réfléchit une minute, on s’aperçoit que mettre un soutien-gorge c’est quasiment un réflexe pour une femme aujourd’hui. Ce geste est devenu tellement automatique qu’on ne réfléchit même plus à son utilité, on le met, on ne se pose pas de question, c’est comme ça.

Pourtant, s’il y a bien un point commun entre toutes les femmes : c’est d’enlever son soutien-gorge et libérer ses seins dès que nous arrivons à la maison.

Un jour, je me suis demandée POURQUOI on s'impose ce soutien-gorge qui nous gêne tellement ? D’où vient cet automatisme … ? Est-il vraiment nécessaire pour le corps de la femme ?

Au fil de discutions avec des amis, quand j’abordai le sujet de ne pas porter de soutiens gorge, j’avais l’impression de toucher à un tabou. Il y avait tout un tas de convictions différentes qui faisaient surface. On disait que si une femme ne portait pas de soutien-gorge ses seins allaient encore plus tomber, que ça faisait mal, etc… Et pourtant, nous savons toute que nous nous sentons plus confortable sans soutien-gorge qu’avec. Je ne savais plus quoi penser.

Suite à ça, j'ai commencé à faire des recherches et lire des études portant sur le lien entre “ santé et port du soutien-gorge" pendant trois années entières.

A ma grande surprise, ce que j’ai découvert était totalement contre-intuitif. Il y a de plus en plus de médecins et de spécialistes qui confirment l’effet négatif du soutien-gorge pour la santé.

J'ai aussi constaté que les témoignages de femmes ayant déjà abandonné le soutien-gorge faisaient légion.

Et par rapport à l’idée répandu que ne pas porter de soutien-gorge faisait tomber la poitrine, c’est tout le contraire. En réalité, les muscles et la peau des seins se tonifient et remontent de 0,7 à 1cm chaque année. Parce que les muscle du thorax travaillent, la circulation lymphatique est facilitée et la santé de l’ensemble de la poitrine s’en trouve amélioré.

Naissance du vêtement No bra Maki Marie

En 13 ans de lingerie, j’ai accompagné beaucoup de femmes qui souffraient de problèmes causés par le soutien-gorge comme les problèmes de taille, de serrage au dos, ou encore à cause des armatures qui nous font souvent mal.

Evidemment, les vêtements grand public sont des coupes standard, par conséquent on ne peut pas s’attendre à ce que chaque femme qui le porte se sente à l’aise à l’intérieur. Dans ce cas de figure, j’avais pensé naturellement au sur-mesure, car de cette manière, mes clientes auraient une lingerie confectionnée spécialement pour les formes de leur corps unique. Mais malgré le port d’une lingerie sur mesure, certains problèmes étaient toujours présents.

Ces problèmes interminables n’ont encore jamais vraiment été réglés à ce jour.

Un autre phénomène qui a eu un impact sur cette façon de vivre sans soutien-gorge, c’est l’arrivé du corona virus. Avec les confinements à répétition, notre mode de vie a changé.